Pourquoi s’investir auprès des chevaux au-delà de l’équitation ?

Pourquoi s’impliquer entièrement dans chaque étape et transition importante, chaque phase de soins qui les concernent ?

Chaque humain ayant la chance de côtoyer quotidiennement  ses chevaux, est confronté un jour ou l’autre à la blessure, à la maladie, au malaise, voir au mal-être. En fonction des individus, ça peut aller de la simple égratignure en passant par une boiterie passagère ou par la pire des coliques.

Alors bien sûr, on insiste jamais assez sur les conséquences des conditions de vie et de l’alimentation ; il s’agit là  de deux choses où nous pouvons avoir de l’influence et il est possible d’améliorer ainsi directement et rapidement la qualité de vie de nos chevaux.

Mais ce n’est pas toujours suffisant. De plus, certains chevaux demanderont plus d’attention que d’autre, seront plus fragiles que d’autre.  Donc, à un moment donné, il est nécessaire de s’entourer de certains professionnels : ostéopathes, vétérinaires, dentistes, praticiens shiatsu, podologues équins, enseignant,…

Et là, c’est le drame !

Qui appeler ? Quel professionnel choisir ? Quelles sont les méthodes appliquées, les thérapies employées, les prescriptions adressées ?

Le bouche à oreille peut être un bon départ pour choisir quelqu’un. Nous avons tous dans notre entourage au moins une personne de confiance (encore que, ce n’est pas toujours si évident ) pour nous conseiller un bon contact. Hélas, encore une fois,  ce n’est pas toujours suffisant.

Sans être des professionnels du tout-autour-du-cheval, nous connaissons nos chevaux, savons reconnaître des méthodes leurs étant proprement bénéfiques. Instinctivement, nous arrivons à déterminer si oui ou non les soins sont positifs même si ce n’est pas très objectif. En revanche, nous pouvons observer nos chevaux « convalescents » évoluer et noter ce qui nous indique qu’ils sont toujours ou non dans un état pathologique.L’observation avec des critères précis : la locomotion, la qualité des tissus, l’attitude, le comportement, …

Enfin, demandez-vous comment la thérapie ou l’approche proposée s’inscrivent dans le temps (traitement d’appoint ou ad vitam eternam ?). Votre praticien est-il capable de vous expliquer la pathologie , d’argumenter son approche ? En bref : êtes-vous en mesure d’être ou de devenir acteur autonome de la guérison de votre cheval ?

L’observation et l’autonomie sont des garde-fous qui nous garantissent que nous ne faisons pas fausse route pour la santé de nos chevaux. Il est capital de s’investir dans chaque processus de guérison ou de soins de chevaux sans quoi nous nous délestons, et laissons les pleins pouvoirs aux vétérinaires, maréchaux et autres, qui seront certes consciencieux  mais qui pour certains choisirons toujours les voies de « solution » les plus rapides et confortable pour eux. Qui s’avéreront par la suite les plus ruineuses pour nous et nos chevaux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s